Emmanuel Bouchaud, l’avocat de Dieu !

Le père Emmanuel Bouchaud est le dernier prêtre ordonné par notre évêque en juin 2012. Retrouvez ici toutes les photos de son ordination.

 

Voir les photos de l’ordination

Témoignage d’Emmanuel avant son ordination  :

Je suis né en 1983 à Angers. Après avoir effectué ma scolarité au collège La Madeleine puis au lycée du Sacré-Cœur à Angers, j’ai continué des études supérieures à la faculté de droit à Angers, Nantes et Poitiers.

Comment a germé en toi le désir d’être prêtre ? 

Dans mon parcours de foi, mes années de scoutisme ont été très importantes, le lieu d’engagement dans lequel la question de la vocation a grandi dans mon cœur. Je me souviens du jour où un prêtre lors d’un camp scout m’a posé cette question : « as-tu pensé à devenir prêtre ». J’avais 13 ans, cet appel ne m’a jamais quitté. Il s’est affermi au cours des années en particulier par mon engagement à l’aumônerie des étudiants, par l’accompagnement musical des célébrations liturgiques. C’est en 2006 que je suis entré au séminaire Saint-Jean à Nantes, puis au séminaire de l’Institut Catholique de Paris.

Tu as été ordonné diacre le 4 décembre dernier. Comment as-tu vécu ton ordination ? 

Cette ordination fut un moment intense et de prière. En entrant dans l’église, j’ai été particulièrement attentif à tous ces visages de paroissiens, d’amis, de ma famille, des prêtres et des diacres venus nombreux m’entourer pour cette célébration. Lors de la prostration, j’ai été très touché par cette belle prière de l’Église, celle de la litanie des Saints.

Le moment le plus intense fut certainement celui de l’imposition des mains par l’Évêque et la prière d’ordination. En étant ordonné diacre en vue du sacerdoce, je me suis engagé définitivement au célibat. Certes mon ministère de diacre est de courte durée, il est plus qu’une « étape » car il me prépare à vivre mon

futur ministère de prêtre qui sera lui aussi et avant tout diaconal !

Pour un jeune, est-ce plus difficile aujourd’hui de se décider à donner sa vie au Seigneur ?

Au cours de mes années de séminaristes, j’ai vraiment été marqué par les rencontres avec des jeunes, que ce soit aux JMJ ou pendant des camps à Lourdes notamment. Il est arrivé que certains d’entre eux viennent me confier leurs interrogations sur un sens à donner à leur vie, sur leur vocation.

Il est souvent question d’une baisse du nombre des vocations… certes, mais le Seigneur appelle toujours à sa suite autant hier qu’aujourd’hui ! Je ne crois pas qu’il soit plus difficile de décider de donner sa vie au Seigneur aujourd’hui qu’hier…. Pour autant, il me semble important de permettre, de favoriser une possibilité à ces jeunes de réfléchir au sens donné à leur vie.

Et lorsqu’un jeune ne s’est jamais

posé la question d’une vocation particulière, au sacerdoce ou à la vie religieuse, il n’est jamais trop tard de l’interroger !