JOIE ! Deux jeunes angevins confirmés par le Pape François !

Marguerite-Marie et Alexis ont été confirmés par le pape François dimanche 28 avril 2013 au Vatican, avec 40 autres jeunes venus du monde entier. Tous les deux, ils ont préparé le sacrement de confirmation au sein de la paroisse Saint-Serge-Saint-Antoine à Angers.

Ils ont une vingtaine d’années chacun et sont insérés dans la vie active. Marguerite-Marie est infirmière et Alexis commerçant.

Télécharger l’article du Courrier de l’Ouest

 

Pour le site Internet du diocèse d’Angers, Alexis et Marguerite-Marie répondent à 3 questions :

Comment se fait-il que vous soyez confirmés par le pape ?

Les évêques de France se retrouvent une fois par an pour une formation théologique. Cette formation a eu lieu cette année à Angers. Un proche collaborateur du pape qui était présent à cette session a proposé à Monseigneur Delmas que 2 jeunes du diocèse se rendent à Rome pour être confirmés par le pape. L’évêque d’Angers a accepté cette proposition.

Être confirmé par le pape, c’est mieux qu’avec l’évêque d’Angers ? Ça change quoi ?

Non, cela ne change rien. L’Esprit-Saint que nous recevrons dimanche est le même. Ce qui compte c’est le sacrement et le chemin que nous avons parcouru avec nos accompagnateurs pour nous y préparer.

Nous retenons également l’aspect « pèlerinage » de cette démarche. Ce sera une rencontre avec le pape, mais pas seulement. C’est aussi un voyage qu’on va vivre avec nos parrains et marraines, nos amis.

Nous retenons aussi l’expérience d’Eglise : nous serons là avec des jeunes du monde entier qui seront présents pour cette célébration dans le cadre de l’Année de la foi.

La confirmation qu’est-ce que ça va changer pour vous ?

C’est une étape dans nos vies de chrétiens. Il y a eu une histoire de foi et des temps forts avant ce sacrement, comme les JMJ par exemple. Nous savons qu’il y en aura d’autres après !

Dans tout ça, l’acteur principal c’est Dieu… même si on ne le voit pas, dans la foi nous croyons que c’est lui qui nous donne sa force pour tenir notre place dans l’Église et dans notre société