Diaconia à Lourdes : osons la fraternité !

12.000 personnes de toute la France se sont retrouvés à Lourdes à l’Ascension pour célébrer la fraternité, et parmi eux de nombreux jeunes. Angers était la plus grosse délégation…

Découvrez toutes les photos et vidéos sur : http://diaconia2013.fr/ 

 

Ci-dessous le témoignage de Jonathanmembre de l’aumônerie des gens du voyage d’Angoulême : « Qu’est-ce que je découvre de Toi à travers la rencontre des autres ? »

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=HVvsjjBGulc[/youtube]

 

Le Freezmob de Lourdes

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=24FiqJUZBSQ&feature=player_embedded[/youtube]

 

 Texte du témoignage de Jonanthan

« Qu’est-ce que je découvre de Dieu à travers la rencontre de l’autre? C’est une question à laquelle on réfléchit un peu tous. Elle revient souvent. Et je me dis : comment rencontrer Dieu dans l’autre quand sur mon passage, je ressens se tourner les regards de méfiance, de mépris, d’indifférence ? Comment regarder positivement l’autre et voir Dieu en lui quand on se sent rejeté, pauvre, exclu ? On ne peut pas, je n’arrive pas à y répondre de manière simplement humaine. Mai

Une fois que le Christ a pu changer nos cœurs, alors on peut vraiment répondre à cette question :s ce qui se passe, c’est qu’un jour j’ai reçu un baptême, nous avons reçu un baptême. Par ce baptême, Dieu nous a donné son Esprit : il nous fait comprendre, et le Christ nous le dit lui-même …Il devient un avec l’humanité. Par l’Esprit qui nous anime, alors nous pouvons voir avec les yeux de Dieu. 

Quand j’arrive dans une ville avec ma caravane et que je ne suis pas rejeté, mais accueilli avec mes différences, je découvre dans l’autre l’accueil de Dieu lui-même.

Quand je rencontre des difficultés pour travailler et gagner ma vie et que l’autre ne se méfie pas de moi parce que je suis différent et que par notre échange, j’ai de quoi subsister, je découvre en lui la générosité de Dieu.

Quand tout est trop dur pour moi et que je rencontre quelqu’un qui m’écoute, je découvre en lui la patience de Dieu qui penche vers moi son oreille. 

Quand j’arrive à trouver ma place dans l’Eglise avec mes faiblesses, mon mode de vie, ma culture, je rencontre dans les autres qui sont mes frères et sœurs dans le Christ, la grandeur universelle de Dieu.

Quand j’ai commis des fautes ou des erreurs envers quelqu’un et qu’au lieu de la haine et de la rancune, il m’ouvre ses bras, je découvre en lui le pardon et la miséricorde de Dieu.
Et aujourd’hui, quand je regarde autour de moi dans cette basilique et que je vous vois mes frères et mes sœurs rassemblés pour servir la fraternité, je découvre en vous, je découvre en nous l’Esprit-Saint qui nous guide et nous anime.

Jonathan,le samedi 11 mai 2013

 

 

 Message adressé à la suite du rassemblement :

 

“Personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager. La fraternité n’est pas une option,
c’est une nécessité. Nous en avons fait l’expérience forte et joyeuse à 12 000, lors du
rassemblement Diaconia, de toutes origines et de toutes conditions, représentant des
centaines de milliers de chrétiens engagés au service de leurs frères.

A la lecture de l’Evangile, à la suite du Christ serviteur, tous ont appris à écouter la voix des
pauvres de notre temps. Chacun a été entendu dans sa singularité : ceux qui souffrent,
malades, handicapés, personnes seules ou abandonnées, sans domicile ou mal logées,
chômeurs ou précaires, divorcés, remariés ou non, salariés en souffrance ou menacés dans
leur emploi, jeunes sans perspectives d’avenir, retraités à très faibles ressources, locataires
menacés d’expulsion, tous ont pris la parole. Leurs mots, leurs colères sont aussi
dénonciation d’une société injuste qui ne reconnaît pas la place de chacun. Ils sont une
provocation au changement. Il est temps de sortir de nos zones de confort. Comme le dit le
Pape François, il est temps d’aller aux périphéries de l’Eglise et de la société.
Ensemble, osons le changement de regard sur les plus fragiles. Abandonnons un regard qui
juge et humilie pour un regard qui libère. Nous n’avons pas de prochain clé en main. La
proximité se construit chaque jour.

Ensemble, osons le changement d’attitude au sein des communautés chrétiennes pour que
les pauvres y tiennent toute leur place. Cette conversion passe notamment par un
développement des collaborations dans et hors de l’Eglise.

Ensemble, osons le changement de politiques publiques, du local à l’international. Que les
décisions prises visent à prendre en compte la situation des plus fragiles dans le respect, la
justice et la dignité.

Ensemble, osons le changement dans nos modes de vie, pour respecter la création où les
liens humains sont premiers et préserver l’avenir des générations futures.

Le rassemblement Diaconia, voulu par l’Eglise de France, est une étape. Le temps de
l’engagement se poursuit. Les participants appellent tous les baptisés et tous les hommes et
femmes de bonne volonté qui se retrouvent dans les valeurs de l’Evangile, à se mettre en
route, ensemble, pour construire une société juste et fraternelle. Une société où l’attention
aux pauvres guide toutes nos actions.

Lourdes, le samedi 11 mai 2013